L’initiative

Ce que veut l’initiative

L’initiative « pour la création d’un parking souterrain à la Place du Marché » demande que toutes les places de parc en surface soient logées en sous-sol pour assurer un réaménagement convivial et polyvalent de ladite Place, respectueux de la qualité de vie des riverains et nécessaire à la vitalité de la ville.

Télécharger la liste de récolte de signatures

Peuvent signer toutes les personnes habitant à Vevey, âgées de 18 ans, de nationalité suisse ou étrangers au bénéfice d’une autorisation de séjour en Suisse (permis C, B…) depuis 10 ans et résidant dans le canton de Vaud de façon continue depuis 3 ans.

Les enjeux de l’initiative au travers de quelques questions clés:

Pourquoi lancer maintenant une telle initiative ?

La Place du Marché mérite mieux que d’être un parking à ciel ouvert. C’est pourtant la solution retenue par la Municipalité dans le cadre de son projet de réaménagement de ladite Place ; en effet celui-ci prévoit des places de parc en plein air pour 200 véhicules (au lieu des 450 actuelles). Est-ce que les Veveysans sont vraiment en faveur d’une telle solution ? Cette initiative doit leur permettre, après plus de trente ans de discussions stériles, d’enfin exprimer clairement leur avis sur la pertinence d’un parking souterrain. D’abord via l’initiative puis, si elle aboutit, via une votation communale. Et comme rien ne peut être fait avant début 2020, après que l’arène de la Fête des Vignerons ait été démontée, la Municipalité disposera de deux années pour développer un projet d’aménagement qui corresponde aux attentes des Veveysans.

Pourquoi ne pas l’avoir lancée plus tôt ?

Il aura fallu un élément déclencheur pour que des citoyens avouent leur ras le bol et se mobilisent spontanément pour faire quelque chose avant qu’il ne soit trop tard. Cet élément déclencheur a été la « table-ronde » convoquée fin juin 2017 par la Municipalité dans le cadre de son projet d’aménagement de la Place du Marché. Les Veveysans se sont retrouvés devant un projet au rabais qui ne libère pas totalement la Place de ses voitures tout en supprimant plus de 200 places parc dont les usagers du centre ville en ont un besoin quotidien.

L'initiative a été déposée le 31 octobre 2017: quelles sont les prochaines étapes ?

La première étape est bien sûr la récolte des signatures auprès des principaux intéressés, soit tous les habitants de Vevey qui y ont le droit de vote. Cette récolte commencera le 14 novembre 2017, puisque  la Municipalité a validé la teneur de l’initiative lors de sa séance du 13 novembre. Les initiants ont  trois mois, jusqu’au 14 février 2018, pour réunir les quelque 1800 signatures nécessaires qui devront être validées par les autorités. Une fois cette étape accomplie, ce sera à la Municipalité et au Conseil communal de jouer, conformément à l’art 106 et suivants de la Loi sur l’exercice des droits politiques. On peut imaginer que ces deux instances auront à cœur de traiter rapidement cette initiative pour apporter une solution bénéfique à l’avenir de la ville.

Pourquoi l’initiative ne propose-t-elle qu’une idée et non pas un projet ficelé ?

C’est l’article 106 de la Loi sur l’exercice des droits politiques du canton de Vaud qui le veut ainsi. Cet article stipule que l’initiative doit décrire dans des termes généraux un projet dont la réalisation relève des compétences du Conseil communal. Cela exclut ainsi la possibilité de proposer un projet « ficelé » qui par ailleurs serait difficile à réaliser pour de simples citoyens. C’est pourquoi le législateur ne l’a pas prévu.

La voie de l’initiative n’est pas la solution la plus rapide pour mener un tel projet ?

Peut-être, mais c’est la seule solution sur le plan constitutionnel pour des citoyens de Vevey de se faire entendre du politique. Et ce dernier n’a aucun intérêt à jouer la montre; à lui de traiter prioritairement cet objet en soumettant rapidement un projet répondant à l’esprit des initiants. Il peut pour ce faire s’appuyer sur les nombreuses études qui ont déjà été réalisées.

Un tel projet de parking souterrain a déjà été soumis par la Municipalité au Conseil Communal en 2008 où il a été balayé. Pourquoi revenir sur le sujet aujourd’hui?

Depuis le projet de 2008, la situation a changé. Nous sommes fin 2017 et rien n’a été entrepris par les Municipalités successives pour faire de cette place un lieu convivial, au service de ses différents usagers. Il est temps que les citoyens de la Ville reprennent la main sur le devenir de leur Place du Marché. Les initiants ne se lanceraient pas dans la bataille s’ils n’avaient pas l’espoir de pouvoir influencer positivement sur l’avenir de cette place et donc sur l’avenir de leur ville.

La Municipalité a mis au concours l’aménagement de surface de la place. Les initiants ne cherchent-ils pas plutôt à court-circuiter la Municipalité avec cette initiative ?

Les initiants estiment que le cadre retenu par la Municipalité n’est pas le bon puisqu’il ne répond pas aux besoins de la Ville. Avec cette initiative, ils veulent élargir la réflexion sur l’aménagement de la Place du Marché et y inclure toutes les variantes possibles avant d’engager des millions.

Comment allez-vous procéder pour la récolte des quelque 1890 signatures valables ?

Tous les habitants de Vevey habilités à voter dans la commune recevront entre le 22 et 24 novembre un tout-ménage avec la liste de signature à renvoyer. Nous comptons ensuite sur toutes les personnes qui partagent notre avis, les riverains comme les habitants, les commerçants, les restaurateurs ou les hôteliers pour nous aider à récolter un maximum de signatures; ce sera une indication de l’intérêt suscité par notre initiative. Le lancement officiel de la récolte des signatures aura lieu à la Place du Marché, le 18 novembre, avec la présence d’un stand.

Quand les Veveysans seront-ils appelés à voter sur cette initiative ?

Si l’initiative aboutit, cela dépendra de la diligence à la fois du Conseil communal et de la Municipalité. Nous pensons que la Ville a un intérêt évident de traiter rapidement cet objet, de sorte que l’on devrait pouvoir voter au plus tard à l’automne 2018.

Le Comité d’initiative

  • Assaf Thierry
  • Bastien Charlotte
  • Bertschy Mickael
  • Bertschy Patrick
  • Chabod Ludovic
  • Chavannes François
  • D’Angelo Vladimir
  • Delannoy Patrick
  • Dill Marc
  • Ferland Carole
  • Fürst Pierre-Alexandre
  • Granoli Laurent
  • Janz François
  • Janz Marie-Anne

  • Kaniewski-Bolomey Jean-Louis
  • Keller Carmen
  • Keller Peter
  • Malera Christian
  • Ming Nicolas
  • Napoli Mike
  • Oertlé Philippe
  • Pelet Yanik
  • Petignat Benoît
  • Rota Sébastien
  • Rusterholz Danielle
  • Theytaz Jean