Ce que la Municipalité ne vous dit pas

La Municipalité vient d’adresser un préavis au Conseil communal portant sur un « plan directeur du stationnement ». Le but de la manœuvre n’est-il pas de torpiller l’initiative ?

Le parking sous la Place du Marché (PdM) devrait constituer un élément important du dispositif de stationnement à Vevey. Plutôt que d’organiser rapidement le vote des électeurs sur cette objet, la Municipalité cherche plutôt à faire diversion en essayant de torpiller ladite initiative.

C’est ainsi qu’elle vient de soumettre au Conseil communal le préavis du plan directeur de stationnement. N’est-il pas étrange que l’on fixe déjà un tel plan, alors que le vote sur l’initiative n’a pas encore été organisé ? Plus étrange encore, à la lecture de ce plan directeur, nulle trace de la mention du parking sous la PdM dans l’analyse, si ce n’est une allusion dans une note en fin de document pour dire que la Municipalité ne veut pas de ce parking. On voudrait mettre la charrue avant les bœufs que l’on ne s’y prendrait pas autrement ! Et l’on ne parlera pas de la feuille de route dudit plan digne de la liste à la Prévert. Une liste dans laquelle on prévoit rien moins que la construction d’ici 2020 de quatre parkings ! On nage donc en plein utopisme, sans parler des conséquences fiancières non dévoilées. Et pendant ce temps, le préavis de la Municipalité sur l’objet de l’initiative n’a toujours pas été remis au Conseil communal pour discussion. La Municipalité joue donc clairement la montre alors qu’elle devrait se rappeler qu’elle a été élue pour œuvrer au bien de la communauté en respectant notre démocratie et non pas pour imposer des vues dogmatiques. Etrange aussi qu’une Municipalité qui parle à tout va de participation collaborative bafoue la volonté populaire en faisant un préavis qui ne tient pas compte d’une opinion publique exprimée par voie d’initiative.

On l’a bien compris, la Municipalité veut forcer son propre projet de réaménagement de la PdM. Ce qu’elle ne dit pas en revanche, c’est que tant qu’une compensation des 250 places de parc qui devraient être supprimées n’aura pas été trouvée dans un périmètre proche, ce sera le status quo. Comme le lieu de compensation prévu est le parking derrière la gare sur une grande partie de la parcelle des CFF et que ceux-ci n’en veulent pas, autant dire que le statu quo risque de durer jusqu’à la prochaine Fête des vignerons, non pas celle de l’année prochaine, mais bien la suivante ! L’initiative offre ainsi une double chance, celle d’apporter une vraie solution pour l’avenir de notre Place et cela dans un délai raisonnable !